Accompagnement
Hiver

Recette Purée de patates douces pas chère

35 min
Facile

Ingrédients

4
personnes
1 kg de patates douces
40 g de beurre
1 gousse d'ail
100 ml de lait demi-écrémé UHT
Les valeurs nutritionnelles par portion*
Sel
Grammes
Matières Grasses
8,54
Grammes
Graisses saturées
5,19
Grammes
Fibres
8,32
Grammes
Protéines
6,85
Grammes
Glucides
54,13
Grammes
Sucres
17,75
Grammes
Energie
313,15
Kilocalories

* Les valeurs nutritionnelles affichées ici sont basées sur une portion pour un adulte type.

Préparer une recette

20 min
steps number
1
Epluchez et coupez les patates douces en dés. Placez-les dans un saladier avec la gousse d'ail épluchée, ajoutez un fond d'eau, filmez et faites cuire 10 minutes au four à micro-ondes. Mélangez et prolongez la cuisson 5 minutes (vérifiez la cuisson à l'aide de la pointe d'un couteau et prolongez la cuisson au besoin).
steps number
2
Egouttez, ajoutez le lait, le beurre, l'Arome et mixez.
Purée de patates douces

La patate douce en accompagnement, vous aimez ? Nous, on adore ! Sa chair est tendre, un peu farineuse, plus ou moins parfumée selon la variété mais surtout sucrée ! La patate douce est un accompagnement de choix. Plus originale que d’autres féculents, plus jolie dans l’assiette, elle apporte une touche supplémentaire à n’importe quel plat !
Elle se marie à merveille avec les légumes racine (carottes, panais…), les courges (patidou, potimarron, butternut,…), le céleri, les poireaux, les oignons, l'ail, les choux de Bruxelles, les haricots… Et bien entendu, la pomme de terre. Pourtant, la patate douce n’a aucun lien de parenté avec la pomme de terre. Mais elles peuvent être utilisées de la même façon : en purée, en frites, au four, ou même en chips !

Cette plante tropicale provient à la fois du Mexique et du Vénézuela et date de 4 500 ans avant JC ! Dès 2 500 avant JC, elle arrive aux Antilles et dans les Andes. Ce sont les Conquistadores qui la ramènent au XVIème siècle, avec d’autres tubercules. 
Elle est assez peu cultivée en France, en raison du climat. Mais cela n’a pas empêchée l’impératrice Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon Bonaparte, d’en faire pousser dans son verger au château de la Malmaison, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Elle avait tout compris Joséphine ;) 
La patate douce possède en effet de bons atouts nutritionnels. Elle apporte du béta-carotène, précurseur de la vitamine A, qui joue un rôle important la vision. Elle contient aussi de la vitamine C, B6 (dans la peau), des minéraux et des oligo-éléments. Comme accompagnement, la patate douce peut être idéale car bien qu’elle fasse partie des féculents, elle est l’un des moins caloriques. De plus, elle a un index glycémique moyen. 

Le saviez-vous ?
Il existe plus de 500 variétés de patate douce connues ! On peut les regroupe en 3 grandes catégories :
-    Les chaires orange
Les variétés à la peau rosée et à la chair orangée sont celles que l’on consomme le plus en France. Et pour cause ! Leur saveur est douce (comme le nom le dit), sucrée et peuvent s’accorder avec tous les mets. On vous conseille de jeter un œil aux variétés « Covington » et « Beauregard ».

-    Les chaires blanches
Ces variétés à chaires blanches sont moins sucrées et ont une texture plus sèche. Mais elles ont un goût proche de la châtaigne qui les rend irrésistibles. Si elles vous tentent, on vous conseille de prendre les « Bonita ».

-    Les chaires violacées
On a moins tendance à les cuisiner, pourtant elles sont intéressantes. A la peau blanche et à la chaire violette, elles mettent de la couleur dans l’assiette ! Elles ont un goût légèrement sucré et se marient très bien avec d’autres légumes. Essayez les « Okinawa ». Vous nous en direz des nouvelles !

Découvrir plus